Fonctionnement et applications du capteur industriel

Le secteur industriel a été un des premiers utilisateurs des capteurs modernes, conçus pour fonctionner de façon fiable dans des environnements exigeants. Ils sont utilisés pour surveiller de nombreux paramètres : température, pression, flux, vibrations, charge, niveau, proximité, force, produits chimiques… Ils permettent d’éviter les situations à risques. Un capteur transforme une grandeur physique en une grandeur normée, habituellement électrique, ce qui peut être interprété par un dispositif de contrôle commande.

De nombreux capteurs sont sans fil et permettent le contrôle de la supervision et de l’acquisition de données telles que : position, proximité, image et sécurité. Le type de capteur utilisé et ses propriétés dépendent soit de l’application, soit de l’environnement de fonctionnement, qui est très souvent difficile voire hostile.

Les détecteurs inductifs sont une sorte de capteurs industriels, de faible portée, sans contact et sans aimant et permettent une détection de haute résolution en présence d’interférences dues à la poussière, à la saleté, à l’huile ou encore à l’humidité. Ils génèrent un champ magnétique oscillatoire à haute fréquence. Cette technologie permet une mesure précise de la position linéaire/angulaire, du déplacement, du mouvement, de la compression, de la vibration, de la composition métallique et de nombreuses autres applications. Ils peuvent correspondre à un fil enroulé, une bobine sur une carte à circuit imprimé avec de l’encre conductrice sur un substrat flexible ou encore à un simple ressort. Ils sont idéaux dans les environnements extrêmes et difficiles.

Un autre type de capteur industriel est le détecteur de température et d’humidité relative monopuce utilisé dans les thermostats, les humidostats et divers autres dispositifs de contrôle similaires. Ils sont étalonnés en usine et les données d’étalonnage sont stockées dans une mémoire non volatile intégrée.  Ils sont entièrement interchangeables sans qu’il soit nécessaire, pour autant, de refaire l’étalonnage ni d’apporter de modifications logicielles.